samedi 12 mai 2012

Est-ce un vrai problème ?

Alors que la France entière (ou presque) suppute, suppose, projette, se réjouit ou déplore, j'ai encore une fois un problème existentiel ! ... et des plus ennuyeux, enfin ça m'ennuie, moi.


Il n'y a pas de féminin à certains mots cruciaux.


Dans le prochain gouvernement, la succession des ministres est ouverte, et si l'on parle sans problème du successeur d'Untel, je n'entends pas parler de successeuse et encore moins de success...trice !


Apparemment, il n'y a que moi que ça embête, encore que je reconnaisse volontiers qu'il y a quelques urgences autres à traiter.


Cela me chiffonne et prouve une fois de plus  une futilité féminine peu glorieuse ... quoique ...


C'est tout de même significatif, non ?


Il est vrai que, Pierre Salviac dixit, la seule chose importante pour une femme est de "baiser utile" ... ah ben alors, s'il le dit !!!

32 commentaires:

  1. Et pourtant il y en a eu des mots nouveaux, des députées, des auteures... Mais tu as raison, il reste beaucoup à faire pour la parité... et pas seulement en matière d'orthographe ;)

    http://mots.revues.org/355

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai Ötli ... et puis on peut mettre successeure.
      Je voulais seulement faire ma mauvaise tête !

      Supprimer
  2. pas de panique la loi abrogé par le conseil constitutionnel concernant le harcèlement sexuel n'a pas de féminin, alors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, bien que je pense que les hommes doivent être harcelés également par des femmes en furie ... mais elles ont moins de chances de les violer, non ?

      Supprimer
    2. des hommes(adultes)sont aussi victimes mais dans la très grande majorité par d'autres "hommes"(souvent plusieurs) et pas uniquement dans le milieu carcéral.

      Supprimer
  3. "abrogée" décidément c'est pas mon jour...

    RépondreSupprimer
  4. Ah oui, moi aussi ça me titille de savoir combien de femmes seront au gouvernement. Je te suggère de proposer quelques candidatures, et pourquoi pas les nôtres, dans un ministère qui pourrait s'appeler "les empêcheuses de tourner en rond". Mais rassure-moi, il ne faut pas montrer sa culotte pour être au gouvernement ?
    GROS BECS m'tiote Solveig.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Demain, nous serons fixés tous ...
      Pour les culottes je ne sais pas, mais pour être au gouvernement j'en ai vu retourner leur veste !
      Bisous MaMarité.

      Supprimer
  5. Mais quel est le masculin de premiére dame de France, le jour où Ségolène arrivera à la présidence ? Car elle finira par y arriver, telle que je la connais ! Et le masculin de sage-femme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La première dame en France n'existe pas et n'a donc aucun statut.
      Pour: sage-femme, je me suis laissé dire que la "femme" dans la locution est celle qui accouche, le premier terme désignant le "sachant", compétent pour s'occuper de la parturiente.
      ça vaut ce que ça vaut ... cela dit sage-homme ne me dérangerait pas.

      Supprimer
  6. On en saura davantage très bientôt (pour le fameux gouvernement).

    Si cela peut te consoler, amour est féminin au pluriel....

    Chrys

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, Amours et Orgues sont au féminin !
      Merci Chrys pour ce pansement, ça fait un bien fou.
      Bises.

      Supprimer
  7. "Successeuse", c'est vrai que ce n'est pas un mot terrible...Mais comment faire avec notre grammaire (qui, je pense, doit être préservée)
    Quant à la parité, c'est un vaste problème qui ne date pas d'aujourd'hui...Ce ne sont pas des lois qui vont faire changer les mentalités.
    J'ai 64 ans et je suis de la génération où mes copines brùlaient leus soutiens-gorge...Ma génération a essayé de faire changer les choses...Il faut bien reconnaître que le poids des traditions pèse beaucoup plus dans la balance, et je suis effaré de voir les comportements de beaucoup de femmes, beaucoup plus jeunes que moi, qui recopient les schémas antérieurs...
    En fait, pour moi, ce n'est pas un question d'homme ou de femme...Ce sont les individus qui doivent s'engager pour revendiquer une société qui met l'humain au centre de la vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens très bien de cette grande période de libération où la liberté consistait à brûler des sous-vêtements et même à n'en pas porter !... on rappelle toujours cette anecdote mais il faut bien dire que les féministes ont gagné d'autres combats, dont profitent les jeunes maintenant.
      Qu'elles restent vigilantes, il y a encore du boulot.
      Merci Kalondour.

      Supprimer
  8. Moi aussi, cela me chiffonne, mais certains diront que c'est parce que je suis une femme et qu'elles ne savent que parler chiffons !!! Le chemin est long Solveig, mais ne soyons pas désespérées. Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr petite Plume, il ne faut pas désespérer !
      J'ai seulement l'impression que malgré les progrès, qui sont indéniables, il y a encore beaucoup à faire ... et que toutes les femmes n'en ont pas conscience.
      Bises Brigitte.

      Supprimer
  9. Ah oui ! Bien sûr tu as raison mais je crois qu'il y a des noms qui ne sont pas d'un "genre" fixé,qui sont plus largement du type "fémilin" ou "mascunin"... ainsi le rosier Pierre de Ronsard donne des fleurs sublimes qui sont féminines ...

    Chère Solveig as-tu eu mon message à propose de confitures ? Mais peut-être as-tu changé d'avis et dans ce cas oublions !
    Bisous et belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivons donc dans les roses, tu as raison, sauf que la période qui s'annonce ne me semble pas jonchée de pétales de fleurs !

      Je n'ai pas changé d'avis et j'ai eu ton message, je vais faire le nécessaire, merci.
      Bisous et bonne soirée.

      Supprimer
  10. Merci de ta présence cela me touche beaucoup...quant aux femmes, (qui sont des individus comme les autres...) elles ont été chassées du pouvoir par la loi salique...qui reste en France toujours dans l'inconscient de tous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr Laurence ... bien que la misogynie soit bien antérieure, à mon avis.
      Bonne réussite dans ton entreprise, je la suis sur ton blog.
      Belle semaine.

      Supprimer
  11. Merci Solveig, de soulever la question. Ce masculin exclusif reflète en effet une répartition des rôles figée par les usages. Les choses changent doucement.
    Pour autant, je ne crois pas que la solution soit de féminiser à tout prix les mots sans féminin. Car ils ne sont adoptés que du bout des lèvres ou des crayons et tout le monde s'y perd. Mieux vaut, à mon sens, les laisser se féminiser tout seuls, sans forcer.
    Pareil pour les quotats. Même si ça part d'une bonne intention, je trouve la démarche légèrement gênante. Car ça n'est ni plus ni moins qu'une stigmatisation à l'envers. Le risque est aussi d'attribuer certains postes à des femmes parce que ce sont des femmes et pas nécessairement parce qu'elles ont le profil pour ça.
    L'égalité, ce n'est pas ça.
    Qu'on commence par les laisser avoir des enfants sans les menacer de se retrouver au placard et qu'ensuite, on mette en place des systèmes de garde efficaces et peu onéreux. Il est là le nerf de la guerre de l'égalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en grande partie d'accord avec toi, Lo.
      Les quotas me mettent hors de moi, c'est un tel aveu de discrimination !.
      Quand on me demande si je suis pour la parité, je réponds qu je suis pour la justice, sans plus.

      Supprimer
    2. Io, entièrement d'accord avec toi.:) Pas nécessaire de féminiser certains mots de même que de masculiniser d'autres !!!

      Supprimer
  12. Que veut-il dire par "baiser utile" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre Salviac conseille surtout ça aux femmes journalistes, elles plus de chance de devenir "Première dame".
      C'est élégant, non?.

      Supprimer
    2. D'une certaine manière ...

      Supprimer
  13. Coucou Solveig, je t'ai retrouvée ....
    Je n'aime pas du tout les nom masculin féminisé ... ça m'hérisse le poil !
    D'ailleurs pourquoi on aurait pas en français des noms féminin qu'on pourrait mettre au masculin et pas l'inverse !!!

    Bonne journée solveig !♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, j'ai juste une génération de plus et sûrement plus de raisons de ronchonner que toi.

      Les vieilles taupes, ça ronchonne beaucoup... c'est même à ça qu'on les reconnaît !!! lol.

      Supprimer
  14. Absolument d'accord avec lavandine. De même qu'il existe des noms féminins qu'on ne masculinise pas. Est-ce que Monsieur hirondelle fait tout un fromage de ce qu'"un hirondel" ne se dit pas?
    Bon! Alors!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore d'accord Lo, mais jusqu'à nouvel ordre, et même si le changement c'est maintenant ... aucun hirondel à l'horizon pour faire partie de nos instances dirigeantes !

      Supprimer
  15. Ah ces grammairiens! Rien que des canailles, des crapules et des fripouilles! Nous faire ça a nous, femmes!
    Ils vont voir quand nos femmes de paille, femmes de loi et femmes de confiance vont s'y mettre aussi!
    Et bientôt, dans les hautes sphères de la société, on aura plein de "prédécesseures"! Hi hi hi hi hi hi-han!

    ***
    BISOUS et BELLE fin de semaine, ma Zamie****

    ps: j'avais un peu déserté la blogosphère parce que je marronnais nais, mais me revoilou!

    RépondreSupprimer

Un commentaire ?...quelle bonne idée !